C'est à Mayerling - 1968

Mayerling 1Le 19 décembre 1968, le film "Mayerling" apparaît sur les écrans de cinéma français. Coproduction franco-britannique, il narre l'histoire d'amour impossible et finalement tragique entre l'archiduc Rodolphe d'Autriche et sa maîtresse Marie Vetsera. Le film s'inspire de faits réels : l'archiduc et sa maîtresse se sont effectivement suicidés le 30 janvier 1889 à Mayerling, petite ville d'autriche où l'archiduc Rodolphe possédait un pavillon de chasse.

Pour jouer ce drame, seul des grands acteurs pouvaient se fondre dans la peau des deux amoureux. L'archiduc est joué par Omar Sharif, acteur égyptien né en 1932 et décédé le 10 juillet 2015. Il était connu également pour d'autres films comme "Le docteur Jivago" ou encore "Lawrence d'Arabie". La maîtresse Marie Vetsera a, quant à elle, les traits de Catherine Deneuve, immense actrice française qui, depuis plus de 50 ans, collectionne les rôles majeures dans de nombreux films : "Les demoiselles de Rochefort", "Peau d'âne", "Huit femmes", "Potiche" ... Mais d'autres grands artistes du cinéma participeront également à cet immense projet : James Mason, Ava Gardner, Geneviève Page ...

Le film connaît une sortie mondiale à la fin de l'année 1968. En France, il fera pleurer près de 2,5 millions de spectateurs dans les salles obscures. Il sera d'ailleurs nommé en 1970 aux Golden Globes dans la catégorie "Meilleur film en langue anglaise". Finalement, ce sera le film "Ah Dieu ! Que la guerre est jolie" qui gagnera la statuette.

En décembre 1968, Mireille Mathieu publie un 45 tours où cette dernière interprète les musiques du film, composées par l'immense Francis Lai. Né en 1932 et mort en décembre 2018, Francis Lai fut un des compositeurs de musique de film les plus prolifiques du XXème siècle : Un homme et une femme, Love Story, L'aventure c'est l'aventure ... Sur des paroles de Jacques Plante, Mireille posera sa voix sur deux chansons du film : "C'est à Mayerling" et "Les violons de Vienne". C'est à Mayerling démontre bien l'amour que se portait les deux êtres, amour impossible qui connaîtra un destin tragique. Toute l'émotion de cette chanson passe à travers l'intérprétation de Mireille. Elle se termine d'ailleurs sur l'évocation du suicide :

" Mais à Mayerling
Jamais le jour ne se lève
Jusqu'au bout des temps
Il neigera dans nos rêves ... "

Le 45 tours connaîtra un joli succès en cette fin d'année 1968, se hissant à la dixième place des meilleures ventes de disques en décembre 1968. Il s'en vendra d'ailleurs près de 123 000 exemplaires. Mireille interprétera cette chanson quelquefois en concert ou encore à la télévision, comme lors de son passage à l'émission Salves d'or du 26 décembre 1968. 

Mayerling 2

Mireille portant une perruque blonde pour ressembler à Marie Vetsera, interprétant cette chanson au Salves d'Or du 26 décembre 1968

Cette chanson sera reprise par la suite dans quelques compilations de Mireille Mathieu, comme "Son grand numéro" datant de 1998 ou encore "Films & Shows" de 2006. Plus récemment, on la retrouve sur le double CD "Cinéma", publié chez Sony Music en octobre 2019. Pour clôre cette article, retrouvons Mireille qui nous chante cette histoire d'amour tragique.

Ajouter un commentaire